Sunday, September 21, 2008

Arvin Boolell : «On suit de près le dossier des APE»

L'Express de Maurice, Samedi 20 septembre 2008

Le ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, a laissé entendre que Maurice sera représentée à la sixième réunion des pays ACP, qui se tiendra au Ghana début octobre.

Le Premier Ministre (PM) Navin Ramgoolam conduira la délégation mauricienne au 6e sommet des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), qui se tiendra les 2 et 3 octobre 2008 à Accra, au Ghana. C’est ce qu’a déclaré hier au Parlement, le ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, répondant à une Private Notice Question du chef de l’opposition, Paul Bérenger. Ce dernier tenait à s’assurer de la présence du PM à ce sommet, qu’il a qualifié de «sommet de la dernière chance pour les pays ACP». Il y sera particulièrement discuté de la position commune que comptent adopter les pays ACP face aux différentes questions soulevées par les Accords de partenariat économique (APE).

Selon Arvin Boolell, Maurice a joué un rôle de leader au cours des négociations précédentes, relativement à ces accords en général. Il précise que le rôle de notre pays a été particulièrement prépondérant en ce qui concerne les différentes mesures d’accompagnement pour le sucre.

Il a également répondu aux préoccupations de Paul Bérenger, qui voulait savoir si le PM avait débattu de la question des APE avec le président français, le Premier ministre britannique ou le président du Parlement européen. Selon le ministre des Affaires étrangères, Navin Ramgoolam «a eu l’occasion de débattre de nos préoccupations relatives aux APE avec les présidents Chirac et Sarkozy. La France, qui en ce moment est à la présidence de l’Union européenne (UE), a inclus les APE au nombre de ses priorités». Selon Arvin Boolell, le PM a aussi rencontré les Premiers ministres britanniques successifs, Tony Blair et Gordon Brown, la chancelière allemande Angela Merkel, le président de la Commission européenne Jose Barroso, Peter Mandelson, le commissaire de l’UE pour le commerce, et Louis Michel, le commissaire de l’UE pour le développement qui ont été également sollicités à ce sujet.

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré devant le Parlement que la question des APE complets, paraphés par les pays de la région des Caraïbes en décembre 2007, a été bien analysée. «Pour Maurice, les APE sont critiques. L’UE est notre partenaire commercial privilégié. Elle est également notre principale donatrice. De ce fait, l’enjeu de Maurice est élevé dans ces négociations pour des APE complets, qui sont également inclusifs.»

Il a rappelé que Maurice n’avait d’autre choix que de parapher les APE intérimaires. 67 % des exportations du pays auraient subi des conséquences socio-économiques sérieuses. Il explique qu’en Afrique, tous les pays les moins avancés bénéficient du Everything But Arms Duty Free, l’accès sans quota. Quant aux autres pays, à l’exemple de Maurice, ils n’avaient pas d’autres possibilités, ni d’alternative plausible.