Thursday, September 11, 2008

Climat d’affaires : Maurice classée 24e sur 181 pays

La BM a publié hier son sondage «Doing Business Survey». Le pays se trouve en première position en Afrique en termes de climat d’affaires et devance l’Allemagne ou encore la France.

«Nous avons amélioré notre position en deux ans et nous sommes de loin le premier pays en Afrique.» Réaction de Rama Sithanen qui commente le sondage Doing Business Survey 2009 de la Banque mondiale (BM), qui a été rendu public hier. Le pays maintient ainsi sa première place en Afrique au niveau du climat d’affaires. 

Le sondage indique que Maurice occupe la 24e place sur les 181 pays qui ont fait l’objet de cette étude. L’année dernière, le pays s’était classé à la 29e place et se trouvait en première position parmi les pays d’Afrique, devançant même l’Afrique du Sud. Singapour se classe en première position. 

Rama Sithanen, ministre des Finances, attribue cette position de Maurice, aux réformes qui ont été initiées par le gouvernement pour améliorer le climat d’affaires. «C’est un bon résultat pour Maurice qui figure parmi les 25 premiers pays au monde au niveau du climat d’affaires. Nous devançons même des pays comme l’Allemagne, la France, le Portugal et l’Espagne», souligne-t-il. 

Dix critères sont utilisés par la BM pour établir ces classements. Les procédures pour démarrer une en- treprise et le temps pris pour accéder au crédit bancaire et le coût figurent parmi les critères pris en considération. 

«Sur certains critères nous avons progressé, et pour d’autres, il y a du progrès à faire. Nous allons travailler avec le Board of Investment et la BM pour voir comment nous pourrons améliorer notre classement et devenir encore plus attrayant pour des éventuels investisseurs. Les réformes doivent se poursuivre», ajoute le ministre Sithanen. 


«La BM nous a classés septième en ce qu’il s’agit des facilités mises en place pour commencer une entreprise. C’est difficile de faire mieux.» 


Selon ce dernier, les réformes initiées ont eu un effet nettement positif, non seulement sur le nombre d’entreprises créées, mais aussi sur celles qui sont entrées en opération. «Il y a un plus grand nombre d’emplois créés, le chômage a baissé et l’investissement direct étranger a augmenté. Il y a une corrélation entre la croissance et le climat d’affaires. S’il faut passer d’autres lois pour améliorer le climat d’affaires, avoir encore un plus grand nombre de petites et moyennes entreprises et accroître les investissements, nous le ferons», souligne Rama Sithanen. 

Ce dernier ajoute également que le budget fait provision pour des mesures afin d’améliorer les procédures pour l’enregistrement des biens. «Nous avons fait du progrès sur la question dans notre classement par la BM mais cela n’est pas suffisant. Il faut informatiser le système et diminuer le nombre de procédures d’enregistrement des biens. La BM nous a classés 7e en ce qu’il s’agit des facilités mises en place pour commencer une entreprise. C’est difficile de faire mieux», estime le ministre. 

Un comité a déjà été institué pour examiner la question de permis et de licences pour des exportations et des importations. Il devra aussi voir comment les procédures peuvent être simplifiées. Les recommandations de ce comité devraient être prêtes en décembre. Cette simplification des procédures sera appliquée sur une base pilote par quatre ministères au départ. Elle sera ensuite étendue à d’autres ministères et départements de la fonction publique. 

«Nous allons faire la guerre aux procédures bureaucratiques et il nous faut la gagner», fait valoir Rama Sithanen.