Thursday, June 11, 2009

Le développement économique mauricien vanté par Business India

Source: L'Express de Maurice

DANS son édition qui sortira le 14 juin, Business India vante les atouts des projets d’ Integrated Resorts Scheme ( IRS) et d’autres développements touristiques et économiques de Maurice.

Alors que des projets de l’immobilier dans d’autres parties du monde sont au point mort ou que leur réalisation a été différée, ceux de Maurice ont le vent en poupe.

Le dossier sur Maurice et son développement économique, sous tous les aspects, s’étend sur 24 pages. Maurice est présentée comme une bonne destination pour l’investissement.

Au total 20 projets ont été approuvés sous l’IRS et six sont en construction. Avec sa qualité de vie, Maurice cherche à être la deuxiéme résidence pour des gens venant d’Europe, d’Afrique du Sud et de l’Inde.

Alors qu’un ralentissement a été noté dans les ventes des villas à des Européens, cela a été compensé par une demande constante venant des Sud- Africains.

L’article de Business India fait état de la décision du groupe CIEL et Médine de diversifier leurs activités dans l’immobilier. D’ailleurs Joël Bruneau, un des principaux responsables du secteur immobilier à Médine, met l’accent sur les opportunités d’emplois que représentent ces investissements dans l’immobilier.

Médine se propose également de se lancer dans le développement du tourisme médical. La possibilité que cela soit fait en partenariat avec des opérateurs indiens est envisagée.

La construction d’ Apollo- Bramwell Hospital , un joint venture avec la British American Investment , groupe sous le contrôle de Dawood Rawat, va aussi dans la direction de la promotion du tourisme médical.

Sans compter le partenariat Fortis et la Clinique Darné.

Les projets d’IRS Villas Valriche et Balise Marina, tous deux du groupe Espitalier Noël , aussi bien que le Real Estate Scheme, nouvellement développés, font objet de commentaires trés favorables.

Une bonne partie du dossier est consacrée au développement touristique et hôtelier, aussi bien qu’aux secteurs de services financiers et bancaires. Surtout que Maurice figure sur la « White List » de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

L’accent est mis sur les différents traités de non- double imposition que Maurice a signés avec d’autres pays, et le contrôle strict exercé sur les opérations dans le secteur du Global Business . « Make no mistake- this is no sunny place for shady business » , dit Raju Jaddoo, Managing Director du Board of Investment dans une interview accordée au magazine.

Rama Sithanen, ministre des Finances, explique la politique du gouvernement pour rendre Maurice attrayante comme une destination pour le Global Business et les résultats des réformes économiques initiées par le gouvernement, qui ont permis au pays d’être « résilient » face à la crise internationale.