Tuesday, August 3, 2010

Des développements attendus dans le secteur mauricien de la pêche

Source: LE MATINAL

Un des moyens de permettre à Port-Louis de devenir le port le plus compétitif et performant de la région océan Indien est d’y attirer de nouveaux opérateurs. Les Japonais sont les investisseurs ciblés. Le ministre de la Pêche et de Rodrigues Nicolas Von-Mally était récemment en mission à Brisbane, Australie, où il a participé à un atelier sur Tuna Regional Fisheries Management Organisations.

Les discussions ont porté principalement sur le développement de la pêche dans les pays en développement, des perspectives sur la gestion et le transfert de la capacité de récolte, de maintenir la rentabilité, les options de gestion et les initiatives futures, la reconnaissance des intérêts y compris ceux des petits États insulaires en développement, les aspirations et la participation des États en développement et les questions relatives à la capacité excédentaire pour la pêche au thon.

Le ministre a aussi eu plusieurs discussions avec M. Nakamura, le conseiller à la Japan Fisheries Cooperative Association. Les discussions ont essentiellement porté sur les coentreprises dans le secteur des produits de la mer.

Les autorités et les compagnies portuaires privées, souligne-t-on aussi, font un lobbying, depuis l’an dernier, auprès des opérateurs japonais, pour les convaincre d’utiliser plus souvent Port-Louis. Actuellement, la Japan Tuna Fishing Corporation est basée à Cape Town. Dans les millieux concernés, on souligne qu’il faudra convaincre cette société de délaisser Cape Town pour Maurice.

Si elle accepte, elle pêchera dans les eaux territoriales ou régionales, débarquera ses prises à Maurice, pour ensuite les réacheminer vers des centres de traitement ailleurs. Si cette démarche se concrétise, le ministère compte dans un proche avenir proposer à cette compagnie d’effectuer le traitement de toutes ses prises dans le port mauricien, avant d’exporter les produits finis vers ses marchés.