Thursday, September 11, 2008

Les deux routes autour de l'Arctique sont pour la première fois dégagées simultanément

Le National Ice Center américain a annoncé, vendredi 5 septembre, que le retrait de la banquise arctique avait libéré les passages du Nord-Est et du Nord-Ouest. C'est la première fois, depuis que les glaces de mer arctiques sont surveillées par satellite - mais vraisemblablement depuis beaucoup plus longtemps -, que ces deux voies maritimes longeant respectivement les côtes sibériennes et canadiennes sont praticables simultanément.

Des informations similaires avaient été diffusées fin août mais le National Ice Center s'était refusé à les confirmer, arguant que de la glace demeurait en quantité dans les eaux présumées navigables. Cette fois, le centre de surveillance des glaces - placé sous la tutelle du Département du commerce américain - estime que les deux routes sont bien ouvertes au sens de l'Organisation météorologique mondiale, c'est-à-dire que leurs eaux y sont à plus de 90 % libres de glace. Cette situation inédite ne devrait pas durer plus de quelques jours, la banquise commençant généralement à se reformer autour de la mi-septembre.

Le passage du Nord-Est est parfois pratiqué par des bâtiments russes précédés par des brise-glace. Quant au passage du Nord-Ouest, sa première ouverture avait été enregistrée à la fin de l'été 2007. Le mois de septembre avait vu la banquise arctique reculer de manière exceptionnelle. La surface des glaces de mer avait atteint un minimum de 4,24 millions de km2, inférieur d'un million de km2 au niveau de 2005 et inférieur de plus de 30 % à la moyenne enregistrée entre 1979 et 2000. La tendance de l'été 2008 est comparable, même si le record de l'année précédente ne devrait pas - sauf surprise - être battu.

La majorité des glaciologues attribuent ce déclin rapide au changement climatique provoqué par les activités humaines. Les simulations numériques estiment pour la plupart que la disparition complète de la banquise estivale arctique sera effective autour de 2050. Mais de nombreux spécialistes estiment désormais que cette situation pourrait être observée beaucoup plus tôt, peut être autour de 2020.