Tuesday, August 5, 2014

Après l'avoir négligée, Obama courtise l'Afrique


Depuis son arrivée à la Maison Blanche, en janvier 2009, Barack Obama n'avait accordé que peu d'attention à l'Afrique. Une "omission" que le président américain semble vouloir réparer au cours de son second mandat. Depuis hier, et jusqu'à mercredi, il accueille à Washington près d'une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement pour un sommet inédit Etats-Unis - Afrique (BBC). Seuls quelques indésirables n'ont pas été conviés, à l'instar du Zimbabwéen – et "farouchement anti-occidental" – Robert Mugabe, de l'Erythréen Issayas Afewerki et du Soudanais Omar Al-Bachir, visé par la Cour pénale internationale, rapporte Jeune Afrique. Bien que l'Afrique soit toujours percluse de maux – guerres et épidémies, mal-gouvernance et corruption, comme le rappelle L'Expression –, elle constitue aussi un important moteur de croissance pour l'avenir. D'où la forte "coloration économique" donnée à ce rendez-vous, qui devrait être également largement consacré à la question du virus Ebola, expliquent le Washington Post et Le Matin. Après l'Asie, note El Watan, la première puissance mondiale n'a plus l'intention de jouer les seconds rôles sur un continent qui abrite "près de 9 % des réserves mondiales de pétrole, 30 % des richesses minières et un réservoir foncier inestimable". Au contraire, elle a vocation à "investir dans la prochaine génération"(l'intitulé même du sommet) pour "aider les jeunes Africains à avancer". Jeunesse et stabilité sont ainsi clairement mis en exergue, souligne Voice of America. L'ONGHuman Rights Watch déplore cependant que la question des droits de l'homme soit sciemment mise sous le boisseau. Tout comme le Washington Post, pour qui ce sommet, qui ne prévoit aucun tête-à-tête entre Barack Obama et ses homologues étrangers, a déjà des allures d'"occasion manquée"

On a appris par ailleurs que les dirigeants africains ont demandé aux Etats-Unis de renouveler l'AGOA.

Le renouvellement de l'AGOA (African Growth Opportunity Act), un programme commercial exonérant de droits de douane certaines exportations en provenance d'Afrique était au cœur du sommet Afrique - Etats-Unis hier. Signé en 2000, il arrive à expiration l'an prochain, et la cinquantaine de dirigeants de pays africains participant au sommet annuel ont appelé les Etats-Unis à renouveler pour une période de quinze ans le programme commercial. Les chefs d'Etat et de gouvernement africains considèrent ce texte comme un moyen de cimenter les relations commerciales avec les Etats-Unis et comme un outil de développement du continent. "Près de 95 % des exportations sud-africaines bénéficient du régime préférentiel de l'AGOA", a estimé le président sud-africain Jacob Zuma lors d'une réunion à la chambre de commerce américaine.
"Nous considérons qu'en approuvant une prolongation de l'AGOA les Etats-Unis favoriseraient l'intégration, l'industrialisation et le développement des infrastructures africaines. Je suis certain que les Américains ne veulent pas manquer cette occasion", a ajouté Zuma, se faisant l'écho d'une demande similaire formulée par l'Union africaine. 

Selon, Le Monde
L'administration américaine semble favorable à un renouvellement de l'AGOA mais pourrait souhaiter y apporter quelques ajustements sur les critères d'éligibilité, la durée, la liste des produits concernés ou encore des limites régionales. L'accord a déjà été prolongé en 2008, date de sa première expiration, et concerne près de 40 pays africains.