Wednesday, July 7, 2010

Signature d’un accord bilatéral de restructuration de dette entre la France et les Seychelles

VICTORIA, Mahé, 6 juillet 2010/African Press Organization (APO)

Communiqué de presse conjoint de l’Ambassade de France aux Seychelles et du Ministère des Finances

L’Ambassadeur de France aux Seychelles, S. Exc. M. Philippe DELACROIX, et le Secrétaire Principal du Ministère des Finances, M. Ahmed AFIF, ont signé aujourd’hui, mardi 6 juillet 2010, un accord bilatéral de restructuration de dette entre la France et les Seychelles, en présence du Vice-président de la République des Seychelles, ministre des Finances, S. Exc. M. Danny FAURE.

Cet accord porte un montant total de 44 millions d’Euros de créances, dont 45% (soit 20,2 M€) sont annulés. Les créances restantes sont rééchelonnées sur 18 ans, dont 5 ans de période de grâce, en tenant compte de la capacité de paiement des Seychelles ;

Cet accord met en œuvre l’accord de restructuration de dette signé par la République des Seychelles le 16 avril 2009 avec le Club de Paris, selon l’approche d’Évian. Il participe à la stratégie globale de restructuration de la dette extérieure des Seychelles, dans le cadre du programme de réformes macroéconomiques soutenu par le FMI depuis novembre 2008 ;

La France, premier créancier des Seychelles au sein du Club de Paris, se réjouit de cette étape majeure qui marque la normalisation de ses relations financières avec les Seychelles. Elle salue la détermination et l’action des autorités seychelloises qui mettent en œuvre avec beaucoup de succès un programme de réformes économiques très courageux ;

L’accord signé aujourd’hui vise à rétablir la soutenabilité de la dette des Seychelles à long terme, condition indispensable à l’amélioration des perspectives économiques des Seychelles. Il permettra de réduire le service de la dette, et de rétablir l’accès des Seychelles à des financements extérieurs ;

Pour atteindre cet objectif, il est indispensable que tous les créanciers extérieurs, bilatéraux ou privés, fassent des efforts comparables aux créanciers du Club de Paris, ce que la grande majorité d’entre eux a déjà accepté./.


SOURCE: Seychelles – Ministry of Finance